Rechercher dans ce blog

Nombre total de pages vues

lundi 30 avril 2012

La théorie du "clash"...



En sécurité personnelle plus que dans tout autre domaine, le moment que l'on identifie comme étant celui du point de rupture et de non retour,  peut susciter bon nombre d''interrogations.
En tant que pratiquant, en tant qu'adepte de sécurité personnelle, êtes vous réellement bien préparé à affronter la théorie du "clash" ?


Voyons dans un premier temps ce qu'il convient d'appeler la théorie du "clash". Un soupçon d'idée de résistance, une volonté farouche de survivre et une détermination à ne pas subir en sont les ingrédients idéaux. Où bien, quand il faut exprimer un refus, un état de résilience absolu face à l'adversité...


Cette adversité n'est pas forcément & simplement assimilable à un acte d'agression. Elle peut venir du "dedans", de votre intérieur (vos moments de doutes, de troubles...), ou de votre professeur . A trop vouloir se reposer sur son enseignant, on risque fort de ne plus pouvoir se relever un jour et de devenir un(e) éternel(le) assisté(e). Tant et si bien qu'avec un peu de recul et de discernement, il est navrant de constater que bon nombre d'écoles ou de professeurs contemporains instruisent encore à leurs élèves avec un savoir non contenu, usurpé voire même totalement faussé.
Lorsque je vois des pratiquants s'évertuer à reproduire des scènes d'agressions sous forme de jeux de rôles et de "drills" ou gestes techniques de défense dans le plus pur style "à toi -  à moi", à grand renfort de "blabla" somatique, de vociférations, de rituels simulés ou théâtralisés, je me dis que les vrais agresseurs, les vrais violents de la rue ou des campagnes, ont de beaux jours devant eux.


Préparer ses élèves à faire semblant ne peut mener qu'à leur perte, ou à  une courte et foudroyante désillusion lors d'un véritable moment de vérité. Seuls les vrais expérimentateurs de violences (subies, canalisées, endiguées ou délivrées) sont à même de connaître leur sujet. Les autres ne sont que des spectateurs, voire même des spéculateurs ! Comme me le disait Henry Plée lors d'un fameux stage, "le véritable sens de l'art du combat s'acquiert principalement en risquant sa vie"... Et là on ne joue plus, l'art de combat n'est plus une thérapie comportementale ou un loisir créatif !
Cet engagement, combien d'enseignants l'abordent dans leurs classes. Non, le but n'est pas d'inquiéter mais de rassurer, dire à ses élèves qu'après moult années de pratiques plus ou moins studieuses ils n'ont toujours aucune chance de survie lors d'un véritable "clash" dans la rue, çà le ferait moyen, mieux vaut distiller du réconfort et de l'assistanat... D'ailleurs, posez vous la question suivante : sans vôtre prof que deviendriez vous ? Si ce genre de réflexion vous plonge dans un état de panique ou de béatitude, c'est qu'il est temps de changer de crémerie martialo-défensive !


Le "clash" doit également être cet éclair de lucidité qui vous ouvre les yeux sur une voie qui n'est pas forcément la vôtre (on a chacun une voie personnelle, seuls les moutons ont une voie commune), et qui vous oriente vers les sommets de votre intime personnalité. Un contrat envers vous même qui a force d'expériences, d'enseignement et de rencontres favorisera l'émergence de principes de défense personnelle, si tel est votre but.


La finalité dans la théorie du CLASH, c'est de déceler en vous cette parcelle d'authenticité qui vous permettra de vous affranchir de tout enseignement dogmatique tout en cherchant, par vous même, en persévérant à force de tâtonnements et d'erreurs constructives. C'est aussi en échangeant lors de rencontres avec des pratiquants de divers horizons, susceptibles de vous éloigner au maximum de votre zone de confort, de vous pousser quelque peu dans vos derniers retranchements, et ce de façon positive et bénéfique, tout en favorisant l'émergence d'un état d'esprit sain, intact, fort, propre à embrasser, appréhender ou éviter toute éventualité de conflit !


On naît pour vivre, et l'espace qui nous sépare de la mort ne devrait être consacré qu'à la force de vivre en complète sérénité avec soi-même & son environnement.
Incorporez la théorie du clash dans vos domaines de prédilections, lorsque votre sonnette d'alarme retenti c'est qu'il est tant de vous réveiller...


Gardez les yeux bien ouverts : "Un homme sage ne rentre pas dans la bouche du dragon..."